Le vélo évolue, les home-trainer aussi ! Avec la quatrième génération à entraînement direct, les nouveaux home-trainer ont, en dehors du design, un nouveau côté pratique. Mais comme il se doit, à chaque avantage, son inconvénient…

Pour beaucoup de cyclistes, le home-trainer est une solution alternative idéale pour conserver le coup de savate, une musculature ou tout simplement pour compenser la réduction du nombre d’heure de sortie sur la route, particulièrement l’hiver lorsque les conditions climatiques sont peu avenantes (froid, pluie, jour plus court). Mais depuis le traditionnel modèle à rouleaux d’antan jusqu’aux modèles plus hi-tech couplés à un système vidéo virtuel, le home-trainer a toujours eu ses détracteurs, et traîne presque malgré lui parfois une mauvaise réputation. Pour beaucoup, même si le home-trainer à rouleau, doté d’une résistance (mécanique ou électronique) ou pas, a fait des progrès en matière de rendu avec une sensation un peu plus réelle de ce que l’on peut ressentir sur la route, malheureusement, il a ses inconvénients : cela entraîne quelques contraintes mécaniques au niveau du cadre et de la roue arrière (notamment les roulements), une usure du pneu plus rapide, sans oublier que le système s’avère bruyant et gênant notamment pour le voisinage en autre par la transmission des vibrations par le sol. Il fallait donc trouver une autre solution qui gomme toutes ces « imperfections ».

Un nouveau concept qui ne date pas d’hier

Il se dit que le concept – tout du moins les premières ébauches – de home-trainer à entraînement direct, par courroie et à résistance par hélice, serait né aux USA cours des années 80 sous la marque…

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *